Découvrez les résultats de la Fabrique prospective de l’ANCT "Petites villes et santé environnementale : quelles attentes, quelles mutations, quelles ressources ?

publié le 14 décembre 2021 (modifié le 17 décembre 2021)

De novembre 2019 à juin 2021, quatre petites villes (dont Saint-Péray en Ardèche) )ont été accompagnées pour mieux anticiper la demande sociale, analyser les mutations et les risques en matière de santé environnementale, et mettre en lumière les atouts des petites villes face à cet enjeu.

Si la santé demeure un domaine d’action quasi exclusif de l’Etat, les collectivités territoriales disposent de compétences (mobilité, urbanisme, habitat, etc.) leur permettant de prévenir et réduire les impacts de l’environnement sur la santé des habitants (nuisances sonores, pollution intérieure et extérieure, etc.).

En raison de leurs localisations, de leurs histoires et de leurs modes de développement, les territoires sont plus ou moins exposés aux nuisances et aux risques qui peuvent impacter la santé des habitants. De plus, du fait de leurs choix et de leurs actions, les territoires sont des freins ou des soutiens à la santé environnementale.

Dès 2019, le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), dont une grande part des missions a été reprise depuis le 1er janvier 2020 par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), s’est saisi de ces enjeux en lançant en partenariat avec l’Association des petites villes de France (APVF) une Fabrique Prospective sur le thème : « Petites villes et santé environnementale : quelles attentes, quelles mutations et quelles ressources ? ».

FP PVSE Résultats en grand format (nouvelle fenêtre)

L’objectif était d’aider quatre petites villes, dont Saint-Péray en Ardèche, à anticiper la demande sociale, ainsi que les mutations et les risques en matière de santé environnementale, mais également à mettre en lumière les atouts des petites villes face à cet enjeu. Il s’agissait de prévenir et de limiter les impacts négatifs de l’environnement sur la santé de leurs habitants.

La Fabrique Prospective a abouti à l’élaboration d’une feuille de route spécifique à chacune des quatre petites villes engagées dans la démarche et à la formulation de pistes d’action nationales.

A Saint-Péray, le plan local d’urbanisme (PLU) avait déjà été révisé afin de convertir des espaces constructibles en espaces agricoles, en vue de favoriser une agriculture et une alimentation durables.

La Feuille de route pour Saint-Péray, axée sur "la santé relationnelle au cœur de la santé environnementale", consiste à :

  • poursuivre la dynamique initiée par la Fabrique Prospective, en ouvrant le groupe de travail à d’autres acteurs locaux et en élaborant une charte locale en matière de santé environnementale,
  • informer les habitants au sujet de la santé environnementale en organisant des débats ou en invitant à la réflexion par le biais d’actions symboliques (par exemple, proposer d’éteindre l’éclairage public pendant plusieurs nuits pour susciter le débat autour des enjeux de qualité du sommeil ou de pollution lumineuse),
  • restaurer certains espaces publics pour conforter leur rôle en termes de convivialité et de points de rencontre entre habitants : réhabilitation des ruelles et des chemins ruraux, végétalisation du centre-ville, etc.

Au-delà de ces enjeux aujourd’hui identifiés, les interactions entre santé et environnement restent méconnues et font l’objet de nombre de travaux de recherche. La Fabrique a mis en évidence 3 scenarios possibles :

Cliquez ici pour télécharger les résultats de la Fabrique prospective "petites villes et santé environnementale"

Cliquez ici pour en savoir plus sur les Fabriques prospectives